Bled

Nos activités au bled se tissent aussi autour du secteur de l’éducation. Nous avons lancé, et ce depuis le tout début du projet de collecte de brouillard, un travail de proximité avec les enfants des villages bénéficiant de cette eau.

Ecole de l’eau, rebaptisée Ecole de l’Oasis


Nous avons commencé en Octobre 2013 avec des visites impromptus aux écoles primaires de Id Aachour et Id Soussan. La délégation de l’éducation nationale, avec qui nous avons signé un accord de partenariat, nous permet de travailler au sein de ces écoles. Un curriculum commençait à voir le jour grâce aux contributions de volontaires professionnels et à notre mobilisation des fonds. Les cours commençaient timidement cette première année, mais depuis 2014, l’Ecole de l’Eau a pris une dimension d’un programme à part entière avec plus d’écoles bénéficiaires. Avec déjeuner sur place, enseignement et pratique, excursions et découverte, l’école de l’eau reçoit un financement externe et devient ambitieuse vu l’impact positif sur les enfants et le retour très encourageant des familles. En 2017, on a commencé à travailler les jardins des écoles, delà l’idée de l’oasis, qui deviennent des lieux de vie pour les enfants qui participent avidement à ce programme.


FORMATIONS ET SOUTIEN A L’AGRO-ÉCOLOGIE

Avec le projet de Ferme Agdal Ibrahim Id Aachour en cours, DSH a lancé à partir de septembre 2019, une série de formation aux techniques de l’agro-écologie au profit des voisins immédiats de la ferme qui, en même temps, participent aux travaux de la ferme. Avec l’appui de nos partenaires financiers, nous avons pu offrir un soutien matériel aux fermiers et nous envisageons d’élargir la sphère de nos actions au cours de la saison prochaine.

ATELIERS D’ALPHABÉTISATION FONCTIONNELLE ET MISE EN POUVOIR

Sur une durée de 3 ans, de 2014-2017, DSH a organisé des ateliers d’alphabétisation fonctionnelle au profit des femmes bénéficiaires du projet d’eau de brouillard. Bien que ces femmes aient gagné les heures jadis réservées à la tâche d’eau, elles continuent à avoir une charge de travail importante sans pour autant ‘accéder à une amélioration financière. Suite à leur demande, nous avons organisé ces ateliers en invitant des formatrices/formateurs pour répondre à leurs attentes. Toutes ces femmes sont aujourd’hui nos premières interlocutrices dans les villages et la question du genre est essentielle et omniprésente dans la monture de tout projet.